Qui je suis.

Je m’appelle Flo­rent et je suis un acteur du web depuis plus de 10 ans. Ayant com­mencé avec les news­groups et Dreamweaver, j’ai pu vivre les évo­lu­tions de ce petit monde numérique à chaque itéra­tion.

Mon envie à tra­vers cet espace de rédac­tion est de partager ce que j’ai vécu, ce que je vis et ce que je vois. Ceci est mon espace où je m’autorise à don­ner mon avis sans atten­dre autre chose qu’un éventuel échange avec d’autres indi­vidus.

Pour faire très bref, j’ai créé ce « blog » pour avoir un espace de lib­erté où je reste maître de mes don­nées et de l’éventuelle péren­nité des arti­cles qui y sont présents.


Ce que je défends.

L’univers de l’entreprise et les impérat­ifs de ges­tion de temps / pro­duc­tiv­ité / d’équipe / de pro­jet (rayez la men­tion inutile) peu­vent per­turber notre quo­ti­di­en.

La con­nais­sance partagée sur Inter­net est cen­sée nous con­necter plus effi­cace­ment aux inter­locu­teurs ayant des répons­es aux craintes soulevées, mais qui en réal­ité sont très éloignées des solu­tions pra­tiques de la vraie vie.

Je n’ai aucune recette mir­a­cle ou réponse infail­li­ble. J’ai toute­fois une envie de partager ce que j’essaie de met­tre en place et de partager les résul­tats atteints. Par­fois, cela n’aura aucun intérêt pour la plu­part des curieux qui tomberont sur les arti­cles. Et franche­ment, ce n’est pas grave.


Pourquoi « wrkbttr. » ?

L’une des règles que j’ai sou­vent suiv­ies, avant de m’en détach­er pro­gres­sive­ment, a été la recherche impéra­tive de la pro­duc­tiv­ité absolue. C’est bête à avouer, mais j’ai (par­fois) été ten­té d’essayer les recettes mir­a­cles trou­vées sur LinkedIn ou d’obscurs blogs.

Mais je me suis ren­du compte que ça ne mar­chait pas pour moi. Pas de réveil à 5h (j’aime trop dormir), pas de lec­ture de résumés de livres (je préfère les lire en entier), pas de sport à haut niveau (j’ai du mal à trou­ver mon intérêt), pas de ren­con­tre mag­ique­ment inspi­rante (j’ai plutôt ren­con­tré beau­coup de gens cool).

Tra­vailler mieux plutôt que :

  • Tra­vailler plus dur,
  • Tra­vailler plus inten­sé­ment,
  • Tra­vailler plus tard,
  • Tra­vailler plus pour les mêmes résul­tats.

Le mieux est cal­culé avec mes indi­ca­teurs et mes envies. Mon « mieux » n’est peut-être pas le vôtre, mais il peut éventuelle­ment vous aider à le trou­ver.

Voilà toute la pré­ten­tion de mes con­tri­bu­tions écrites : partager ce que moi j’estime mieux pour moi. Si vous en avez l’envie, partagez aus­si ce que vous estimez le mieux pour vous, ça serait sym­pa et intéres­sant !